Skip to main content Skip to Navigation Skip to Footer
page banner image

Que dois-je faire si je soupçonne qu’une personne a subi une commotion cérébrale?

Une personne qui a subi une commotion cérébrale peut ne pas être en mesure d’évaluer correctement son état de santé et croire qu’elle est physiquement apte à poursuivre l’activité qu’elle pratique. Si vous croyez qu’une personne a subi une commotion cérébrale, vous devriez immédiatement lui demander d’interrompre l’activité qu’elle pratique et la faire évaluer par un fournisseur de soins de santé.

À quel moment une personne peut-elle reprendre ses activités ou retourner à l’école?

Les symptômes liés à une commotion cérébrale peuvent s’aggraver plus tard dans la journée et au cours des deux prochains jours. Une personne qui a subi une commotion cérébrale ne doit pas reprendre ses activités habituelles ou retourner à l’école avant qu’un fournisseur de soins de santé n’ait évalué son état et lui ait fourni des conseils sur le traitement de sa commotion cérébrale. En général, il faut environ une ou deux semaines de repos et de traitement pour guérir. Le fait de ne pas prendre le temps de guérir et de précipiter le retour à l’école ou à la pratique d’activités sportives pourrait entraîner des dommages permanents au cerveau.

Après une commotion cérébrale, le retour au jeu ou à l’école devrait se faire graduellement selon une méthode simple en six étapes. Une personne ayant subi une commotion cérébrale ne devrait reprendre ses activités habituelles qu’après avoir suivi au complet la méthode en six étapes et avoir obtenu l’autorisation d’un fournisseur de soins de santé.

Lignes directrices relatives au retour au jeu

Étape

Objectif

Exercices fonctionnels

1. Aucune activité Rétablissement Repos physique et cognitif complet
2. Exercice
aérobie léger
Accroissement du rythme cardiaque Marche, nage ou vélo.
Intensité inférieure à 70 % du rythme cardiaque maximal.
Pas d’entraînement en résistance
3. Exercice propre au sport Ajout de mouvements Exercices de patinage ou de course.
Activités sans impacts à la tête.
4. Entraînement sans contact Exercice, coordination et charge cognitive Progression vers des entraînements plus complexes
Possibilité de commencer progressivement les entraînements en résistance
5. Entraînement plein contact Rétablissement de la confiance et évaluation des compétences fonctionnelles par les entraîneurs Après l’obtention de l’autorisation médicale, participation aux entraînements normaux.
6. Retour au jeu Jeu normal Pratique normale de l’activité.

Liens

Parachute